Avertir le modérateur

Le 85ème mort lors de l’attentat à Nice n’aurait-il pas existé ?

Une semaine après la nuit dramatique de ce 14 juillet, je suis encore étonné d’entendre la journaliste de France 2 parler des « 84 personnes mortes » sur la Promenade des Anglais à Nice.

La plupart des auditeurs et des téléspectateurs ont été profondément touchés en apprenant la nouvelle le lendemain matin. L’émotion a été presque palpable pour les milliers de Niçois et de touristes qui étaient présents et qui ont vu ce camion faucher des innocents. Ils restent profondément choqués physiquement et, surtout, psychologiquement.

Mais je ne peux pas m’empêcher de remarquer que les médias français ne parlent toujours que de « 84 morts ». Pourtant, le terroriste conducteur du camion fou a, lui aussi, été tué lors du drame ! Il y a bien eu 85 morts !

 

Je relève que tel n’est pas le cas à Munich où, pour l’attentat du 22 juillet, la police parle de 10 morts, dont l’auteur qui s’est suicidé.

La principale cause de ces drames

La réaction naturelle de défense d’une société frappée par un événement dramatique est de désigner un bouc émissaire. Dans le contexte politique français, son nom et sa nationalité a désigné immédiatement le coupable à Nice : Daech dont Mohamed était un adepte.

Dès les premiers jours, les politiciens et les enquêteurs ont alimenté cette accusation qui a, ensuite, été confortée par la revendication du groupe islamiste Daech. Les juges sont à l’œuvre. Ils tenteront de préciser la personnalité du terroriste et de définir les responsabilités de ses complices éventuels.

Les diatribes échangées lors du débat parlementaire qui a précédé l’adoption de la loi prolongeant l’état d’urgence démontrent indirectement l’impuissance des élus à prémunir notre société contre tous les risques d’attentats, ce qui ne peut qu’exacerber l’inquiétude collective, les peurs et les angoisses individuelles, le besoin sécuritaire, la tentation de recourir à la violence en se retranchant derrière l’argument de la prévention.

Or, ces réactions ne peuvent qu’accroître la haine de ceux qui se sentent marginalisés à l’égard de ceux qu’ils perçoivent comme des privilégiés.

Peu de personnes se considèrent comme des privilégiées. Pourtant, pour une personne en situation de rupture familiale, dont l’avenir lui apparait bouché avec un entourage découragé, qui cherche à oublier ses soucis en recourant à l’alcool, les stupéfiants, le sexe débridé… celles qui vivent apparemment dans l’aisance et la quiétude apparaissent à ses yeux comme autant de privilégiées.

Les personnes à la dérive et sous l’emprise croissante de la haine sont particulièrement vulnérables aux manipulations psychologiques, aux spectacles violents véhiculés par les medias et certains réseaux sociaux.  Toutes ne passent pas à l’acte, mais la haine peut inciter à élaborer des projets extrêmement violents et mortifères tant pour la personne elle-même que pour son entourage.

Quelle solution contre d’autres drames ?

Ce qui est perçu comme une injustice et la haine que celle-ci suscite ne sont pas près de disparaître. Celles-ci ont ainsi conduit Caïn à tuer son frère Abel et Judas à trahir Jésus…

Depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, les Français sont particulièrement sensibles à la violence meurtrière des djihadistes salafistes. Pourtant, ils sont loin d’être les seuls touchés. Il suffit de faire la liste des 25 pays qui ont été frappés et le nombre des morts du 1er janvier au 14 juillet 2016 : Afghanistan (33), Arabie Saoudite (6), Bangladesh (22), Belgique (32), Burkina Faso (30), Cameroun (50), Côte d’Ivoire (19), Egypte (17), France (87), Inde (7), Indonésie (6), Irak (588), Israël (8), Liban (5), Libye (76), Nigeria (202), Pakistan (114), République du Congo (17), Somalie (24), Soudan Sud (18), Syrie (296), Tchad (3), Turquie (172), USA (54), Yémen (99).

Daech, qui projetait de constituer un nouveau califat au Moyen Orient, sera vaincu par la coalition des pays qui le combat avec des armes conventionnelles. Mais comment vaincre la violence des terroristes qui diffusent leur propagande haineuse et font des émules dans le monde entier?

Puisque chacun s’accorde sur l’influence maléfique des sites de propagande, il semble que la stratégie de l’Etat se focalise sur la collecte de renseignements plutôt que de s’efforce de les rendre inopérants. Après l’attentat contre Charlie Hebdo, les hackers d’Anonymous ont pris l’initiative d’attaquer les sites djihadistes. Après l’attentat à Orlando (USA), un hacker a détourné 160 profils Twitter de partisans de Daech en deux mois. Mais ce ne sont que des artisans. Il est par ailleurs très facile de visionner de multiples vidéos salafistes sur Youtube. On peut s’étonner que les moyens de la coalition ne soient pas mobilisés sur ce terrain de l’action psychologique.

Le risque de peine de prison n’a jamais arrêté une personne pour qui la mort est comme la solution à toutes ses difficultés, voire une manière de se transcender.

Quant aux incarcérations et au bannissement de personnes de nationalité française ainsi que l’expulsion de toutes celles qui ne l’ont pas, ces décisions – qu’elles soient judiciaires ou administratives sur la seule base de soupçons d’agissements contre la France – remettraient en cause les valeurs humanistes qui fondent notre société. De plus, elles ne feraient que renforcer l’escalade de la violence.

Par contre, ainsi que l’a affirmé Martin Luther King, « seul l’amour peut vaincre la haine ». Pour s’exprimer et grandir, cet amour a besoin du dialogue respectueux de l’autre.

L’appel à l’unité nationale ne suffit. Il appartient à tous les Français de se comporter et d’agir pour que « Fraternité », le troisième terme de la devise nationale, retrouve une place équivalente aux deux premiers « Liberté, Egalité ».

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu