Avertir le modérateur

Voyage - Page 4

  • Hommage à Nelson Mandela, icône du prisonnier qui pardonne à ses geôliers et organise la réconciliation

    Mandela militant de combat

    Nelson est le prénom qui lui a été donné par l’institutrice de l’école primaire protestante méthodiste. Son prénom africain Rolihlahla, était-il prédestiné ? Il signifie en effet "fauteur de troubles"en langue xhosa.

    nelson mandela,apartheid,prison,bagnard,réconciliation,pardonPremier avocat noir d’Afrique du Sud, Mandela adhère à l’ANC en 1944, organisation membre de l’Internationale communiste. Bien que boxeur amateur, contre les lois de l'apartheid, il participe à la lutte non violente inspirée de Gandhi. Après l’interdiction de l’ANC en 1960 et constatant que la lutte pacifique ne donne pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige la branche militaire de l'organisation. Vivant dans la clandestinité, il organise alors une campagne de sabotage contre des postes de police, des bâtiments publics et des installations et militaires (90 attaques armées recensées). Arrêté le 5 août 1962, il est condamné le 11 juin 1964 aux travaux forcés à perpétuité.

    Au fil des années, la pression de l’opinion publique internationale s’est faite de plus en plus forte. Le 6 décembre 1971, l'Assemblée générale des Nations unies déclare en séance plénière l'apartheid crime contre l'humanité ; en juin 1988 le concert hommage à Wembley pour les 70 ans de Nelson Mandela est regardé par six cents millions de téléspectateurs dans soixante-sept pays. Alors que sévit la guerre froide entre les USA et la Russie, il est soutenu par plusieurs dirigeants politiques de pays non alignés aujourd’hui controversés (Kadhafi, Fidel Castro..) et reçoit le prix Lénine.

    En février 1985, le président Pieter Willem Botha avait offert à Nelson Mandela, contre l'avis de ses ministres, la liberté conditionnelle en échange d'un renoncement à la lutte armée. Mais Mandela rejeta l'offre, disant dans un communiqué transmis par sa fille Zindzi : « Quelle liberté m'est offerte alors que l'organisation du peuple demeure interdite ? Seuls les hommes libres peuvent négocier. Un prisonnier ne peut pas faire de contrat». Nelson Mandela est autorisé le 7 décembre 1988 à regagner son domicile où il est assigné en résidence surveillée.

    Sensibilisé comme beaucoup d’Afrikaners par les arguments de Mgr Tutu, le Président Frederik de Klerk décidera d’en finir avec l’apartheid mais, pour cela, devant le refus des députés, il devra recourir au référendum.qui rassemble 65% de votes positifs.

    Rôle capital de l’archevêque anglican Desmond Tutu

    Desmond Tutu,nelson mandela,apartheid,prison,démocratie,bagnard,réconciliation,pardon,GandhiProfesseur de théologie, Desmund Tutu retourne comme doyen du diocèse de Johannesburg en 1975 avant d’être nommé évêque du Lesotho et sera le premier secrétaire général Noir du Conseil œcuménique d'Afrique du Sud.

    Après la mort sous la torture, en 1977, de Steve Biko, l'un des organisateurs des manifestations de Soweto réprimées violemment par la police, Mgr Tutu participe aux réunions clandestines du Black consciousness movement(mouvement de conscience noire) et au mouvement de Black theology (théologie noire).

    Excellent orateur, Mgr Tutu ne cesse de proclamer un message de paix et de non-violence au cours de sermons et de prédications qui rassemblent des foules immenses et qui furent des temps forts de la lutte pacifique menée contre les gouvernements afrikaners. Il dénonce aussi bien l'apartheid que les Noirs qui réclament vengeance. Pour lui, la paix entre les peuples est la seule voie possible. Pour ce combat pacifiste contre le système de l'apartheid, il reçoit en 1984 le Prix Nobel de la paix.

    Auréolé de cette distinction internationale, il est nommé archevêque du Cap en 1986. Il organise alors des protestations contre la ségrégation raciale et des campagnes de boycottage, dont celle du charbon d'Afrique du Sud. Il milite également pour des écoles communes, qui représentent pour lui une étape essentielle dans la réconciliation de l'Afrique du Sud. Il milite aussi contre la réglementation des déplacements des Noirs, les « pass-laws ».

     

    La prison, véritable lieu de conversion

    Détenu sous le matricule 46664, Nelson Mandela passera 18 de ses 27 ans de prison dans l'île prison de Robben Island. En 1971, après 7 ans passés à casser à la main de la pierre à chaux, il est affecté au ramassage du guano.

    nelson mandela,apartheid,prison,bagnard,réconciliation,pardon,GandhiLes conditions de vie des bagnards y sont très rudes. Ceux-ci sont séparés selon leur couleur de peau, les prisonniers noirs recevant les plus petites rations. Les prisonniers politiques, dont fait partie Nelson Mandela, sont séparés des criminels de droit commun et ont encore moins de droits. Mandela étant un prisonnier de classe D (la plus basse classe), il n'a droit qu'à un visiteur et une lettre tous les 6 mois. Cette lettre est souvent retardée durant une longue période et rendue illisible par la censure de la prison. Il se lave avec de l'eau de mer froide et dort dans une cellule minuscule.

    Nelson Mandela tire les leçons de l’échec relatif de Gandhi qui a vu son pays éclater après l’indépendance avec la partition de l'Inde, du Pakistan et du Bengladesh qui a entraîné l’exode de millions d’Indiens. Il profite de ces années de détention pour apprendre l'histoire des Afrikaners et leur langue afin de comprendre notamment leur mentalité et d'établir un véritable dialogue avec eux. Il en vient à estimer et à déclarer que l'Afrikaner est un Africain au même titre que n'importe lequel de ses codétenus noirs, songeant que, à leur place et dans d'autres circonstances, il aurait pu avoir la même vue sur l'apartheid.

    En mars 1982 Mandela est transféré, en compagnie des principaux dirigeants de l'ANC à la prison de Pollsmoor, dans la banlieue du Cap. Il s’inscrit à un cours par correspondance de l'université de Londres dont il recevra le diplôme de bachelor of Laws. Présélectionné pour le titre de « Chancelier »  de cette université, il s'incline face à la princesse Anne du Royaume-Uni.

    Au fil des années passées au bagne et en prison, sa foi en Jésus-Christ ressuscité l’emporte progressivement sur l’idéologie communiste.

    nelson mandela,Frederik de Klerk,apartheid,prison,cellule,démocratie,bagnard,réconciliation,pardon,égalité des droitsProtestant méthodiste, Nelson Mandela s’est peu exprimé sur sa foi, estimant qu’il s’agissait d’une « affaire strictement personnelle ». Mais, c’est bien la culture chrétienne méthodiste qui éclaire le choix audacieux et prophétique de l’instauration de la Commission Vérité et Réconciliation qui a permis à la société sud-africaine de ne pas sombrer dans la guerre civile et de rester unie.

    Elu Président de son pays, il manifestera publiquement sa démarche de pardon et de réconciliation en élevant dans la sienne la main de Frederik de Klerk devenu vice-président et en nommant Mgr Tutu président de la Commission Vérité et Réconciliation.

    Véritable postface du combat de Rolihlahla Mandela, il sera enterré dans sa tribu le 15 décembre, veille de la Journée nationale de la Réconciliation. Tout un symbole pour la nation « arc-en-ciel » et modèle pour toute l’Afrique aujourd’hui parcourue par tant de luttes fratricides. Ainsi se termine le parcours exemplaire d’un combattant déterminé pour la démocratie et l'égalité des droits, au visage illuminé par un large sourire.

    Quelques citations

    ·                    «Toute ma vie je me suis consacré à la lutte pour le peuple africain. J'ai combattu contre la domination blanche et j'ai combattu contre la domination noire. J'ai chéri l'idéal d'une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités. C'est un idéal pour lequel j'espère vivre et agir. Mais, si besoin est, c'est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir.»

    ·                    «Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé.»

    ·                    «Être libre, ce n'est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c'est vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.»

    ·                    «Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.»

    ·                    «Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l'étroitesse d'esprit.»

     Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nelson_Mandela

     

  • Les jeunes femmes Raïka choisissent le bonheur plutôt que l’argent

    terre inconnue,aravalli,radjasthan,raïka,Frédéric LopezDans l’émission « Rendez-vous en terre inconnue » diffusée le 24 septembreterre inconnue,aravalli,radjasthan,raïka,éleveurs,nomades,argent,bonheur,François-Xavier Demaison sur France2, Frédéric Lopez et son invité François-Xavier Demaison dialoguent avec des femmes Raïka, un groupe d’éleveurs semi-nomades indiens qui vivent dans les monts Aravalli du Radjasthan. Pour elles, leur mari qui a été choisi par leur famille est un trésor, qui vaut plus que l’or ! Pour elles, il est inconcevable de ne pas appartenir à une caste.

    Après une heure vingt minutes, le film transcrit la déclaration d’un groupe de jeunes femmes (la plus jeune a été promise à 4 ans et mariée officiellement à 21 ans) qui s’avèrent être de véritables philosophes.

    terre inconnue,raïka,argent,bonheur« Il faut rigoler. (rires…) En ville, les gens font tout le temps la tête. Ils sont toujours occupés. Lorsqu’ils ont des invités, ils ne s’en occupent pas vraiment bien. Pas comme nous. Les gens qui ont beaucoup d’argent ont toujours peur de le perdre. Nous, on n’en a pas beaucoup. On n’a pas cette angoisse. Donc, on est plus heureuses, plus gaies ! ». Une autre ajoute « Bravo Amya ! Merci ! Tu as bien expliqué ! »

    François-Xavier tente un commentaire : « Vous êtes heureuses parce que vous êtes ici, au milieu de cette belle nature… Mais être pauvre en ville, c’est terrible ! Quand on vit en ville, il faut de l’argent », l’une d’elles réplique « Nous, on est bien ici, près de la forêt. Ici, on a tout ce qu’il faut. Je n’ai pas envie d’aller vivre en ville (son mari vit et travaille en ville). Un jour, j’ai entendu parler d’un commerçant très riche. Mais il voulait toujours plus d’argent. Il réfléchissait toujours comment s’enrichir d’avantage. Le matin, le midi, la nuit… tout le temps. Il était tellement occupé qu’il ne prenait même plus le temps de manger, ni de boire, ni de dormir. Finalement, il est mort tout seul, sans personne à ses côtés. »

    Frédéric relance le dialogue par une question : « Tu penses que votre richesse à vous, c’est quoi par rapport à ceux qui ont plein d’argent ? ».

    La réponse est immédiate : « Quelqu’un de riche va demander à des gens de s’occuper de ses parents à sa place pour pouvoir aller travailler dans d’autres villes, loin… Nous on prend soin d’eux correctement. C’est ça notre richesse. Et vous ? Quand vos parents sont âgés, vous vous en occupez ? Vous restez avec eux ? » François-Xavier remarque « C’est une bonne question, parce qu’il y en a qui s’en occupe bien et d’autres qui les mettent dans des maisons… parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement, parce qu’ils n’ont pas le choix… » La jeune femme de confirmer : « Chez nous on prend soin de ses parents… » et l’interroge « Et toi, est-ce que tes parents vivent avec toi ? » «  Non, ils ne vivent pas avec moi. » Elle poursuit, étonnée « Vous ne gardez pas vos parents avec vous ! Ils vous ont donné la vie pourtant ! C’est grâce à eux que tu es là ! Vous allez les abandonner ? » Non, je ne vais pas les abandonner. Ils ont une autre maison et ils travaillent, aussi ». « Vous n’habitez pas ensemble à cause du travail ? ». A la réponse gênée de François-Xavier « Non. C’est aussi parce que…», une femme réplique « Il faut s’occuper de ses parents, tu sais !... Ce soir, dans ton lit, tu pourras y réfléchir. Tu préfères quoi ? Avoir beaucoup d’argent ou être heureux. Si tu as beaucoup d’argent, où vas-tu le cacher ? Laisse tomber ton argent ! Comme ça tu seras heureux ! Quand tu n’as pas beaucoup d’argent, tu dors tranquillement ! ».

    Pour couper court à cette interpellation perturbante fuse alors une observation « On est en retard, il faut rentrer ! ». La gêne ainsi ressentie ne serait-elle pas l’indice d’un manque de liberté ? Les prisonniers ne sont les seuls à vivre enfermés.

    Merci à Frédéric Lopez pour cette rencontre partagée avec ces femmes Raïka ! Merci à celle pour cette leçon de philosophie !

  • Passible de prison pour son profil Facebook ?

    Publier une photo sur Facebook, écrire un statut un peu polémique, afficher son orientation sexuelle... Ces gestes, pourtant anodin en occident, peuvent, dans d'autres pays, envoyer son auteur tout droit en prison. C'est le message que souhaite faire passer Amnesty International qui vient de lancer un site intitulé "Trial by timeline".

     

    Amnesty International,Trial by timeline,Facebook,prison,BirmanieCe site recense toutes les infractions pour lesquelles on peut être condamné du simple fait de son profil Facebook.

     

    En Birmanie, par exemple, être inscrit sur le réseau social est puni d'une peine de prison. On n'a pas indiqué sa religion… L'application considère qu’on est athée, un crime pour lequel on peut être condamné à la torture.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu