Avertir le modérateur

prison

  • Un record qui est une impasse en France : plus de 70.000 détenus

    L'Association des visiteurs de prisons, l'ensemble des aumôneries et l'association Lire pour en sortir signent une tribune pour appeler à réduire de 15.000 le nombre de détenus en France

    Lire la suite

  • La question sécuritaire et de la peine de prison au débat de la primaire organisée par le PS

    Le 3ème débat télévisé entre les candidats à la primaire socialiste a apporté quelques clarifications. Aux questions posées par les 3 journalistes, je n’en relèverai que trois dont une sur la prison et une avec une incidente qui interpelle :

    • Il est rare qu’un débat pour l’élection présidentielle porte sur la sécurité et la politique pénale. Il faut saluer le choix des journalistes. Les réponses faites montrent que c’est une question complexe que Christiane Taubira a eu le mérite d’initier en élargissant la panoplie des peines prononcées en toute liberté par les juges. Cette question mériterait d’être approfondie dans un large débat citoyen pour tenir compte de la situation liée au délai du prononcé des décisions de justice, à la désocialisation des délinquants et à l’augmentation du nombre de violences extrêmes, tant liées au terrorisme qu’au rejet de toute autorité par certains jeunes.
    • En réponse à la question sur l’égalité hommes/femmes, les 7 candidats ont d’abord eu tendance a affirmé unanimement qu’il faut réduire l’écart salarial entre les hommes et les femmes tout en soulignant que les moyens pour aboutir à ce résultat sont complexes. Il est en effet nécessaire de s’attaquer aux causes qui trouvent leurs racines dès l’éducation de la prime enfance. Si certains métiers attirent peu de femmes, on peut remarquer qu’il en est de même pour d’autres métiers par les hommes (sages-femmes, assistantes maternelles, puéricultrices, professeurs des écoles, aide à la personne en général…). Par contre, les candidats n’ont fait aucun commentaire sur ces femmes qui sont interdites de travailler à cause des pressions exercées par leur environnement le plus proche. Dommage ! Peut-être craignaient-ils que les journalistes les entraînent sur le terrain des tendances au communautarisme observées dans certains quartiers…
    • Par contre, la réflexion incidente de l’un des candidats a entraîné une réflexion unanime : ils ont tous affirmés être favorables à la GPA (gestation pour autrui), procédé qui ouvre la porte à la marchandisation du corps humain. Notre exercice de la liberté doit trouver ses limites dans nos responsabilités vis-à-vis des plus faibles et qui sont dans l'impossibilité de s'exprimer. Mais il est vrai que le nourrisson ne sera électeur qu’une génération plus tard…

    • Si les réponses de Jean-Luc Bennahmias ont souvent été confuses, à la question sur la politique internationale, il a fait une observation très pertinente : bien qu’ayant joué un rôle déterminant dans la lutte contre Dahesh, les Kurdes (ils sont plus de 30 millions) risquent d’être au final les grands perdants du conflit actuel au Moyen-Orient alors qu’ils sont un exemple du respect de la pluralité religieuse et qu’ils ont joué un rôle crucial dans le combat sur le terrain contre la « peste djihadiste » en Irak et en Syrie.
  • Témoignages de membres de la Fraternité des prisons "Le bon larron"

    La Fraternité des prisons "Le bon larron" a pour mission d'annoncer aux prisonniers qu'ils restent aimables par Dieu. Elle est le sujet de 3 documentaires videos réalisés pour l'émission "Le Jour du Seigneur" de France 2. Cliquer sur le titre pour les visionner.

    Accueillir l’Autre, le Bon Larron

    Dangereux, violents, déviants, les condamnés à de la prison ont été mis au ban de la société. Enfermés, rejetés, ils restent souvent pestiférés bien après leur sortie. Rares sont les mains tendues et les regards bienveillants qui aident ceux qui ont commis des crimes ou des délits à prendre un nouveau départ.

    Ce film documentaire de 26 minutes se propose de retracer l’histoire d’une amitié aussi improbable que salvatrice entre deux hommes que tout semble opposer : Gérard, un braqueur multirécidiviste ayant passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux et Henry, un agriculteur discret et réservé de la région du Mans. L’athée et l’homme de prière. Le violent et le pacifique. Leur point commun : tous deux sont épris de liberté. Au fil des parloirs, tous les dimanches pendant trois ans, une relation forte va s’instaurer entre les deux hommes.

    Michel Foucault, président de la Fraternité du Bon Larron

    Michel Foucault est engagé dans la Fraternité du Bon Larron depuis plusieurs années et en est l’actuel président. Dans la maison d’Auffargis, il nous explique les trois missions de l’association catholique fondée en 1981 par le P. Yves Aubry : l’accueil et la correspondance avec les détenus et la prière en commun. Rencontre avec des « collaborateurs du Seigneur » (3mn)

    Odile, bénévole à la Fraternité du Bon Larron

    Odile, septuagénaire est l’un des piliers de la Fraternité du Bon Larron dans laquelle elle est engagée depuis une dizaine d’années. Elle s’occupe du courrier et à une tâche essentielle : mettre en contact les détenus et les bénévoles qui contactent la Fraternité pour les accompagner. Pour arriver à mettre en correspondance les bonnes personnes, elle a une méthode infaillible : la prière à l’Esprit Saint. Au-delà des lettres échangées, c’est la réconciliation des prisonniers avec eux-mêmes qui est en jeu : leur faire savoir qu’ils sont aimés, quel que soit le délit qu’ils ont commis. (3 mn)

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu