Avertir le modérateur

prisonniers

  • 30 nouveaux membres de la Fraternité du Bon Larron le jour de Pâques

    En ce jour de Pâques 2014, l'abbé Roger MADIELA m'informe que la Fraternité catholique des prisons "Le Bon Larron" compte d'un coup 30 nouveaux membres !

    Ce jour béni marque un tournant pour la Fraternité : ces 30 nouveaux membres sont tous des prisonniers détenus dans la prison centrale de Boma en République Démocratique du Congo.

    prisonniers,Boma,Congo,Bon LarronEn ce jour de Pâques, 28 des 330 détenus ont été baptisés et 2 autres ont été confirmés par l'abbé Jean-Claude DIAKI, secrétaire chancelier du diocèse de Boma.

    A l'origine, il était prévu que ce soit l'évêque, Mgr Cyprien MBUKA, qui les baptise et les confirme mais il a du rejoindre très tôt le matin ses confrères pour aller avec eux en Terre Sainte.


    prisonniers, Boma,Congo démocratique,baptiséL'abbé Roger MADIELA, aumônier de la prison, précise que ces 30 prisonniers sont membres de la Fraternité Le Bon Larron pour prier pour eux-mêmes et pour les autres.

  • Les prisonniers exclus des élections municipales

    Dans son article, Nicolas Guégan, journaliste du Point, relève que les prisons françaises détiennent un triste record : celui du taux d'abstention. Seuls 544 détenus ont voté lors des dernières élections municipales en mars 2008, soit moins de 1% de la population carcérale.

     

    Or, contrairement à ce que la majorité des Français pensent, depuis 1994, une condamnation n'entraîne plus automatiquement la perte des droits civiques. Sur plus de 50.000 prisonniers en droit de voter, seuls 1 609 en sont privés.

     

    Comme tous les électeurs, les détenus avaient jusqu'au 31 décembre pour s'inscrire sur les listes électorales. Mais voter en prison relève du chemin de croix tant les démarches sont "horriblement compliquées : le détenu doit d'abord réclamer sa carte d'identité au service des fouilles. Il s'inscrit ensuite dans sa commune de résidence ou dans celle de son établissement pénitentiaire", rapporte François Korber, délégué général des Robins des lois, association qui défend les prisonniers.

    Reste le plus difficile : trouver un proche qui accepte de glisser le bulletin dans l'urne le jour J. L’autre solution est encore plus difficile : l'autorisation de sortie. Lors du second tour de la présidentielle 2012, seuls 352 prisonniers en avaient bénéficié !

    Des prisonniers exclus de la société ?

     

    Selon Jean-François Forget, secrétaire général de l'Ufap-Unsa, premier syndicat de l'organisation pénitentiaire, la forte abstention s'explique "par la situation de désocialisation des prisonniers", et non pas par les difficultés que ces derniers peuvent rencontrer.

     

    prison, metz Queuleu, élections municipalesAinsi, à la prison de Metz-Queuleu, un clip a été réalisé en interne pour inciter les détenus à prendre part aux élections. "Ils se sentent exclus de la société alors qu'ils restent simplement privés de liberté et qu'ils vont retourner dans cette société", analyse Elizabeth Dileo, la directrice de la maison d'arrêt, au micro deFrance Bleu. Malgré cette campagne d'information aucun des 600 détenus n'a fait les démarches nécessaires pour voter les 23 et 30 mars.

     

    Des urnes dans les prisons

    Lassés par l'inefficacité de la situation actuelle, les Robins des lois militent pour la création de bureaux de vote dans les prisons à l'exemple de l'Australie où des isoloirs mobiles sont installés dans les centres pénitentiaires.

     

    L’association a déposé le 17 janvier 2014 un recours administratif préalable (Rap) auprès de Manuel Valls et de Christiane Taubira, au nom du principe d'égalité. Elle réclame une modification de l'article R40 du Code électoral. En arrivant dans un lieu de détention, le détenu serait automatiquement inscrit sur les listes électorales de la commune où se situe la prison.

     

    Source : Le Point, 17 mars 2014

  • Le record du nombre de détenus en France est battu chaque mois depuis le 1er mars

    600 détenus supplémentaires en un mois!

    Selon l’administration pénitentiaire, il y avait 68.569 détenus en France le 1er juillet 2013 pour 57.320 places, soit un taux d’occupation de 120%.

    Le nombre de prévenus (personnes en attente de jugement) en maison d’arrêt est encore en hausse de 1,1% par rapport à la même période l'année dernière, s'élevant à 17.318 personnes, pour 51.251 condamnés.

    Les mineurs incarcérés sont au nombre de 799 au 1er juillet, soit une hausse de 2,7% par rapport au mois précédent. Ils représentent 1,2% de l'ensemble de la population carcérale.

    Les aménagements de peine (placement à l'extérieur, semi-liberté, surveillance électronique) concernent 21,9% des condamnés écroués, soit 13.900 personnes. Ces aménagements ont progressé de 10,2% en un an et de 33,3% en deux ans.

     

    Par ailleurs, 629 personnes sont sous surveillance électronique de fin de peine (Sefip), un chiffre en hausse de 1,9% sur un an.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu