Avertir le modérateur

transfèrement

  • 2.200 Français détenus en prison dans le monde

    prison,transfèrement,stupéfiants,peine capitale,peine de mortPlus de 2.200 détenus de nationalité française croupissent en prison. Tout en clamant souvent leur innocence, la plupart d'entre eux purgent une peine de prison pour trafic de stupéfiants ou des affaires de droit commun.

     

    Une typologie de détenus assez variée

     

    Selon le ministère des Affaires étrangères français, 39 % sont détenus pour trafic de stupéfiants. 35% le sont pour des affaires de droit commun, un peu plus de 3 % sont accusés d'infractions à caractère sexuel.

     

    La grande majorité d’entre eux sont emprisonnés en Europe et en Asie centrale et, dans une moindre mesure, en Afrique du Nord. Le Quai d’Orsay, malgré ses efforts, a parfois du mal a connaître les motifs d’accusation et d’incarcération.

     

    8 de ces détenus ont même été condamnés à la peine capitale, comme l’affirme Raphaël Chenuil-Hazan, le directeur de l’association Ensemble Contre la Peine de Mort : «La plupart des Français, et même plus largement des Européens condamnés à mort, l’ont été en Asie pour leur implication dans un trafic de drogues. Avec le soutien du ministère des Affaires étrangères, nous essayons d’obtenir la commutation de leur condamnation en réclusion à perpétuité, puis de les transférer dans une prison française».


    Reste quelques cas, spécifiques, qui suscitent des inquiétudes particulières. Au Cameroun, l’avocate Lydienne Yen-Eyoumest incarcérée depuis 3 ans. Accusée de corruption, elle n’a toujours pas été jugée. Ses avocats ont porté plainte à Paris contre Paul Biya, le président camerounais, pour détention arbitraire, torture et barbarie. Quant à Loïk Le Floch-Prigent, il est toujours retenu à Lomé, au Togo. Inculpé de complicité d’escroquerie, l’ancien PDG du groupe pétrolier Elf serait, selon son avocat, dans un état de santé « catastrophique ».

     

    Le transfèrement en France n’est pas automatique

     

    Certains détenus peuvent demander à purger leur peine de prison sur le territoire français s’ils remplissent ces 3 conditions :

    ·                             le jugement prononcé à leur encontre doit être définitif (toutes voies de recours épuisées)

    ·                             la durée de la peine qui leur reste à purger doit être supérieure à 6 mois

    ·                             la France et le pays concerné doivent avoir signé une convention bilatérale ou multilatérale sur le transfèrement des personnes condamnées (accords avec 78 États).

     

    Source La VoixdeFrance

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu